bicyclette

Locaux anciens pour Docteur Vélo

Locaux anciens pour Docteur Vélo. Ce sera donc le 1er article depuis longtemps sur ce blog.

Donc, depuis le 18 janvier, j’ai ouvert ma propre boutique au 137, rue Colbert. Pourquoi dire boutique et pas magasin, d’ailleurs?

Parce que nous avons oublié l’histoire et que magasin et boutique sont deux choses différentes. Magasin vient d’un terme arabe et pourrait se traduire par entrepôt. Les magasins sont apparus à la fin du XIXième siècle avec l’arrivée des « grands magasins », ces immenses locaux qu’on trouvait à Paris par exemple où on trouvait de tout et de rien et surtout… qui s’affranchissaient des grossistes. Qui ouvraient, fermaient puis ré-apparaissaient sous de nouveaux noms et toujours avec plus de promotions.
Jusqu’à leur arrivée, le commerce était basé sur des boutiques spécialisées où il y avait un contact et un service. Voilà pourquoi il faut parler de boutique et pas de magasin.

Locaux anciens donc pour Docteur Vélo. Anciens car la boutique a un certain âge: pierre de granit, poutres apparentes, torchis… Savez-vous que la Rue Colbert date du temps des Césars? La rue Colbert et le quartier alentour est le plus vieux quartier de Tours. Construit sous le règne d’Auguste (Caius Octavius Augustus) , fils adoptif de Jules César (Caius Julius  Caesar).
On ne peut pas dire que la boutique ait été construite par les légions romaines ou que les plans de construction ont été validés par un architecte sous l’égide du magistrat local. Ce qu’on peut dire toutefois c’est que les cités étaient élaborées comme un camp de l’armée romaine et comportaient un axe nord-sud (qui était certainement la rue Bernard Palissy) et un axe est-ouest (qui était la rue de la scellerie). La voix principale s’appelait la via principalis et faisait en moyenne une largeur de 30 mètres dans les camps militaires.

La rue Colbert est un axe commercial stratégique. Dans le sens, qu’elle a été la rue principale de commerce jusqu’à la création de la rue Nationale sous le règne de Louis XVI (même si les projets dataient d’avant ce roi visiblement).
La rue Colbert est donc un haut lieu de l’histoire: Lorsque vous rentrez dans la boutique de Docteur Vélo, n’oubliez pas que vous étés à quelques mètres d’un des plus grands cirques de l’empire romain (le cirque de la ville de Tours était le 3ième en taille de l’empire), et à quelques dizaines de mètres d’un forum (situé proche du centre de la rue Nationale).

Sources:
http://www.france-pittoresque.com/
http://www.inrap.fr/atlas/tours/la-ville

Publié par didi37 dans INFOS DIVERS, Non classé

Pourquoi ne font-ils rien pour les vélos?

Qui?

En premier, la Police. Le problème du vol de vélos est à un niveau dramatique et franchement, on ne voit pas l’ombre d’un mouvement de fond de la part de la police pour régler ce problème. Le marquage ne sert quasi à rien. Pourtant, dans des pays où il est appliqué en masse avec une police efficace, un vélo sur 2 est retrouvé. En france, 3% des vélos sont retrouvés.

En deuxième, les politiques comme:
A Tours où on ne peut toujours pas emprunter le pont de St Côsme. Jean Germain s’affiche à la foire de Tours sur de grosses motos et pourtant, à l’écouter, il est le roi de l’écologie.
Il aura pourtant fallu 3 mois (entre le moment où ça devait se faire et le moment où cela s’est fait) pour mettre en place 5 stationnements vélo à un angle de la Place Velpeau. Il aura ensuite fallu 2 mois pour que les panneaux soit adaptés à la situation. Tout est maintenant fini mais la cabane du chantier n’a pas bougé d’un pouce depuis de longues semaines.
A la région, où la situation du vélo dans les trains montre bien la non-volonté de bien faire les choses, ce qui décourage les tour-opérateurs étrangers. (voir plus bas).

C’est assez pitoyable de constater autant de crevaisons à l’atelier, et d’en parler avec des fabricants de vélos étrangers qui ne mettent pas de pneus increvables sur des vélos très techniques. Cela me paraissait bizarre, mais pour eux, habitués à voir les routes propres à la circulation du vélo, c’est à dire ENTRETENUES et pas que pour les VOITURES, le problème des pneus anticrevaison est un problème bien français, d’un pays négligeant pour les autres types de circulations autre que motorisées.

La situation des vélos dans les trains en région centre (source ici):

Train + vélo, ça dérape

L’agence de voyages à vélos Blue Marble Travel témoigne au sujet de la ligne SNCF Paris – Orléans – Blois – Tours. L’association Cyclo-Trans-Europe confirme que la situation devient incontrôlable.

Obligée d’affréter des autocars avec une remorque pour les vélos, l’agence Blue Marbel Travel se voit contrainte de réduire le nombre de ses départs. De 24 départs par an grâce au train elle arrive à 4, avant un abandon envisagé dès l’an prochain et l’ouverture de nouveaux circuits en Bourgogne, Champagne, et dans la Vallée de l’Eure (Chartres).

Nicolas Clifford, son directeur, ajoute : Je me demande si c’était le but recherché par le Conseil Régional du Centre, mais qui sait?  L’un de mes collaborateurs hôteliers m’a dit que la suppression des trains transportant les vélos avait été actée pour encourager la location de cycles sur place. J’ai déjà entendu ça quelque part….

Voici son témoignage :

Le premier de nos quatre voyages « Loire » a donc eu lieu fin avril.  Je suis descendu les voir un peu avant (par le TGV via St-Pierre-des-Corps, avec mon vélo), aussi pour expliquer en personne à nos hôteliers pourquoi on se voyait obligé de renoncer au circuit à la semaine, qui s’était quand-même vendu en 252 exemplaires en 2011.  Je suis resté dans la région pendant 4 jours, me déplaçant à vélo, mais aussi beaucoup en train.

La desserte de la Loire « à vélo » : fondue mais encore visible

Les 5 rames ex-Aqualys observées en gare, voire emprutées (par moi pour deux d’entre elles), comportaient toutes des voitures vélos, alors même que les trains en question étaient tous interdits aux vélos.

Toutefois, aucune d’entre elles ne comportait de voiture « Aqualys vélo » (mixte 1ère / 2ème classe, équipée de crochets et de strapontins), et ce malgré la présence de beaucoup de voitures Aqualys dans chaque rame. Ces trains étaient sans exception équipés de voitures vélo Corail classiques, en livrée « Intercités, » avec un compartiment vidé pour accepter les cycles.  Je n’ai vu aucune voiture ex-Aqualys vélo pendant mon voyage.  Où sont-elles?

Les rares trains Tours – Blois – Orléans – Paris acceptant désormais les vélos (désormais avec correspondance à Orléans) sont pris d’assaut.  Je n’ai pas vu un seul train autorisé (sur 6) sans vélo à bord.

Le samedi, je me suis retrouvé à Amboise en fin de journée.  J’avais programmé mon retour sur Paris par le TER de 16 h 22 sur Orléans, correspondance 18 h 30, arrivée Paris 20h.  3h38 pour Amboise – Paris, ce n’est pas un horaire idéal, mais c’était le seul possible dans l’après-midi (une dernière combinaison possible 2 heures plus tard).

Jusqu’à la violence

Sur le quai à Amboise, sous une pluie battante et froide : 8 cyclistes, moi compris, dont une famille de 4 avec deux enfants.  Rentre en gare un élément 3-caisses, probablement un Z21500, avec 4 emplacements vélo. Le train est chargé, accuse 3 minutes de retard à l’arrivée. Un cycliste descend, un autre vélo est visible à bord, sur l’un des crochets.  Le contrôleur, voyant les cyclistes à quai, hurle « ON EST COMPLET, PLUS DE VÉLOS. »  De fait, la porte centrale, toujours la plus accessible pour tout le monde sur ces rames car la seule qui permet de rentrer de plein pied, est assez bloquée par de gros bagages, comme l’est l’emplacement vélos.

Le père de famille, choqué, fait valoir qu’il s’agit du dernier train vélo pour Paris ce soir-là (il a tort, mais croit ce qu’il dit, et le contrôleur ne le contredit pas), que ses filles ont 5 et 8 ans, que l’on ne peut pas les laisser sur le quai…  Mais si, on peut.  « CE N’EST PAS UNE OBLIGATION DE VOUS PRENDRE. C’EST SELON LES PLACES DISPONIBLES. »  Et le contrôleur ne fait rien pour les rendre disponibles.  Le train part, les cyclistes sur le quai.

J’appelle le service d’accueil de la gare de Tours, pour prévenir de ce qui vient d’arriver.  Le chef de service promet d’avertir le contrôleur du Paris direct qui arrive une heure plus tard (mais qui rejoindra Paris 30 minutes plus tôt que les omnibus via Orléans !).  Il confirme la présence d’un compartiment vélo dans la rame, ainsi que son emplacement.  Je propose de nous répartir sur le quai : la famille sur la plateforme arrière du train, les autres à hauteur de la voiture vélo, 4ème de tête.  Le contrôleur est averti en ce sens, et tout se passe bien : contrôleur amène, vélos chargés sans retarder le train (on en cueille encore 4 à Blois, mais qui rentrent sans problème dans le compartiment vélo).

Bilan : 13 vélos chargés (dont un depuis Tours) dans un train équipé pour mais qui ne les prend pas, à une saison où l’on peut s’attendre à une affluence cycliste minime, une journée de très mauvais temps, qui clôt une semaine de mauvais temps….

Messieurs, dit N. Clifford en s’adressant à la SNCF, je vous demande d’imaginer ce que nous réserve le mois de juillet ! Là le seul train de Blois à Paris le samedi après-midi sera un tricaisses chargé, avec correspondance de 1h30 à Orléans …  A force de rendre la Vallée de la Loire accessible en train + vélo, la SNCF a permis à une demande de se créer.  Elle sera là!

On nous explique que les trains sont chargés, que nous sommes des clients en trop…  FAUX!  Nous sommes des CLIENTS, comme les autres, en plus, pas en trop.  En trop sur un TER bondé à trois caisses ?  En effet, comme tout client en plus serait de trop. Le choix d’un matériel totalement inadapté en est la cause, pas nous!

Alors comme vous pouvez vous imaginer, après avoir arrangé cette triste affaire pour les clients que la SNCF avait laissés sur le quai, je n’ai pas manqué à faire la publicité pour mon agence, et son autocar…

Plus la SNCF se fait une mauvaise réputation, mieux je me porte.  Mais cela m’attriste.  

Erick Marchandise, délégué de Cyclo-Trans Europe, confirme.

Avec N. nous avons constaté que sur les trois rames Paris-Tours que nous avons vues, il y avait toujours au moins un emplacement vélos, sinon plus. Nous avons discuté avec des contrôleurs qui nous ont tous dit, sauf un, que les rames étaient toutes équipées de places vélos.

Nous avons constaté qu’en effet, du départ à l’arrivée, il y avait des cyclistes qui ont emprunté les deux trains que nous avons pris.

Nous avons interrogé des cyclistes qui pensaient tous que ces trains étaient ouverts aux vélos.

Pour la plupart des voyageurs, la présence du logo vélo sur les trains est le signe qu’ils sont accessibles. Tout le monde le croit.

Pourtant sur la fiche horaire Tours-Blois-Orléans (Paris), AUCUN des trains Intercités  (train d’équilibre du territoire, géré par l’Etat) n’a de picto vélo. Cela vaut autant pour les trains de semaine que du week-end, les trains Paris-Orléans que Paris-Tours (hors les Teoz desservant Les Aubrais).

Mais sur le site internet, dans le sens Paris-Tours sur les quatre relations intercités, un train embarque les vélos mais pas les trois autres. Au retour, c’est l’inverse, trois trains acceptent les vélos. Ils doivent perdre leurs espaces vélos dans l’autre sens.

Cette contradiction dans l’information SNCF est malheureusement un grand classique. Je l’attribue aux dysfonctionnements de l’entreprise et à la mauvaise volonté d’une partie de l’entreprise vis à vis des vélos.

J’ajoute que les Paris-Tours-Royan circulant en été n’ont pas de picto vélo.

A supposer même qu’exceptionnellement une rame ne soit pas équipée, elle ne justifie pas une telle attitude restrictive. Dans le cas du TGV-A, on pouvait l’admettre compte tenu des contraintes de la réservation obligatoire. Ce n’est pas le cas sur cette ligne.

 

Avec son attitude pusillanime, un pas en avant, deux pas en arrière, la SNCF est en train de créer une situation incontrôlable sur la ligne Paris-Tours, lourde de conflits dont elle sera tenue responsable.

Isabelle aussi est navrée. Ce train entre Paris et Tours, elle l’a pris souvent, toujours avec un vélo. C’est fini. La Loire à vélo a du plomb dans l’aile. Entre le pont de Saint-Nazaire, infranchissable, et le train à Orléans, imprenable, la publicité ne suffira plus. Tristement, je me réjouis que cela bénéficie aux entrepreneurs vaillants et aux régions accueillantes.

Pourtant, fin avril notre correspondante sur place nous disait : « La région Centre envisage le transport gratuit et sans réservation des vélos en wagons spécifique sur l’Interloire (train TER, géré par la Région, dessert la ligne entre Orléans et Saint-Nazaire, ignore Paris) en juillet et août. Attendre la confirmation…. » Les « wagons spécifiques », ce serait les mêmes que l’an dernier, mais sans faire payer les 5 € ni exiger de réservation. Evidemment c’est la bonne solution. Au moins pour Orléans – Tours. Mais allez comprendre quel train vous est autorisé, quel vous est interdit, et comment se rabattre vers Paris …

Publié par didi37 dans INFOS DIVERS

De l’art de vouloir être au plus proche du client

Vouloir réparer les vélos, c’est vouloir réparer et pas forcément échanger une pièce par une autre.
Vouloir satisfaire le client, c’est aussi vouloir faire ce qu’il faut quand il faut.
Sauf que dans ce joyeux monde qui nous entoure, où l’argent est la valeur principale, on se heure parfois à des choses qui vous irrite. Comme?

Il existe une multitude de longueur de rayons. Ca va de 2mm en 2mm, il y a en donc des centaines. Bien sûr, on ne peut pas tous les avoir d’un coup. Alors, j’y vais au cas par cas. Parfois j’ai la bonne longueur, parfois il faut que je la commande. Cela a été le cas la semaine dernière. J’avais besoin de deux types de rayons différents. Mais tout partait bien car on m’avait amené une roue le jour où je passais une commande. L’autre roue était arrivée la veille. J’avais demandé confirmation au grossiste sur la disponibilité. C’était en stock.
Mais le lendemain, pas de rayons dans le colis. « Le magasin n’est pas au courant des stocks sur le site internet » m’a t-on trouvé comme excuse. Donc, vous prenez un grossiste français qui a des stocks affichés sur son site, qui vous dit qu’il a en stock, et qui a des magasiniers qui ne mettent pas à jour les stocks en fonction des entrées ou des sorties? Pas de logisticien qui gère les stocks ou les actualise? Sérieux, s’abstenir.
Donc, ne privilégions pas les sociétés françaises et allons en Allemagne.

En Allemagne, les stocks sont à jour, alors je commande ce qu’il faut. On a quand même perdu 4 jours. Les Allemands livrent en 2 jours. J’attendais donc ma livraison hier.

Sauf que…
Sauf que la société qui livre n’arrive pas et qu’il est déjà 18h00. Je téléphone et on me dit que je peux être livré jusqu’à 19h00. Je demande alors que si tel n’est pas le cas, pourrais-je être livré tôt demain matin? On me dit de téléphoner demain matin 8h00.
J’attends donc jusqu’à 19h00 et rien n’arrive. Ils peuvent toujours marqué sur leur site Internet « commande en cours. Dans les temps… ». La société dématérialisée, c’est du n’importe quoi.
Aujourd’hui, 8h00, la réponse n’est plus la même. J’ai eu beau expliquer mon cas. Rien a faire. La seule réponse que j’ai eu (et je n’ai eu que celle là, plusieurs fois) c’est:
« Je suis désolé. Vous n’avez pas payé pour un service express. Vous serez livré entre 9h00 et 19h00. »

Parfois, les gens sur lesquels on tombe au téléphone agissent aussi mortellement que les robots qui vous disent « taper sur 0, taper sur dièse, je n’ai pas compris… ».
Qu’est ce qu’ils en ont à faire de livrer en retard, et de ne pas prendre en compte ce fait, alors que vous avez à remettre en état un vélo pour une petite fille. On a pas payé le service express, le reste c’est le monde réel, alors çà n’intéresse sans doute pas les humains-robots.

C’est idem sur un autre point comme une fourche que j’avais à réparer. Les fabricants sont très forts parce qu’ils ont des SAV et des sites internet avec tout un tas de vidéos pour les professionnels. Mais ils ont aussi des objectifs qui sont de changer de matériel le plus vite possible alors vous pensez bien qu’une fourche de 10 ans qui en plus réclame un outil spécial…
J’avais tenté ma chance au sav parce que je n’arrivais pas à la démonter mais comme dit « la fourche à 10 ans », « elle est d’entrée de gamme », « on fabrique des meilleurs produits maintenant ». Bref, je n’ai qu’à la changer. Soit 70 euros pour le client. Alors que la réparation c’est 12 euros de pièces et une vis à dévisser. Mais bon « si je ne suis pas content, faut pas que je travaille dans le domaine du cycle ». Finalement, j’ai été voir un carossier qui m’a soudé mon outil spécial. Je ne quitte pas le métier. Surtout pas pour une vis, un fabricant de fourche qui veut vendre, une société de transport qui n’a aucune notion de qualité, un grossiste français qui ne sait pas gérer ses stocks.

Publié par didi37 dans INFOS DIVERS

Une tête bien remplie, une tête bien protégée

Connaissez-vous Tony Hawk? Et bien, moi non plus, jusqu’à  ce que le magasin se mette à la recherche d’un casque qui n’ait pas un look de vtt et qui soit de très bon rapport qualité/prix afin de renouveler notre gamme.
Certaines disciplines réclament de la sécurité tiptop: c’est le cas du BMX, du Skate ou du Snowboard. Tony Hawk est justement un skateur et en 1999, il chute sur la tête. Ce qui l’a sauvé, c’est son casque TSG, au point de le renvoyer avec un autographe au créateur de la marque pour le remercier.

TSG est une société suisse très réputée dans le monde des sports extrêmes et présentant une gamme de casques pour tous les cyclistes.

Je ne vous détaillerais pas ici les prix et les modèles, pour cela il vous faudra passer au magasin. Ce que je peux vous dire c’est que les  modèles que nous avons sélectionnés seront disponibles dans la première quinzaine de mars.

Interview TSG à télécharger ici

Publié par didi37 dans COUP DE COEUR

Quelques nouveautés en 2012?

Lorsque l’on est réparateur de vélo, il y a une chose qui vous tient à cœur,  c’est de ne surtout pas être embêté sur les vélos vendus au sein du magasin dans lequel vous travaillez.
Voilà aussi pourquoi sur mon site, c’est bien marqué, qu’en plus de réparer tout type de vélos,  j’apporte un conseil sur plusieurs marques.

Le lundi 30 janvier, j’étais chez Veloscoot, fabriquant de vélos à assistance électrique, entreprise familiale basée à Poitiers. Leur vélos sont distribués au magasin depuis presqu’un an. Le contact avec eux a toujours été très bon, leur réactivité agréable. Tout n’a pas toujours été très rose, mais c’est une jeune société tout comme Docteur Vélo ou le magasin Scoot’Coeur, alors il y a toujours des erreurs de jeunesse. Par contre, il y a toujours eu un ressenti d’une volonté de rester une entreprise HUMAINE avec de vraies valeurs.
L’objet de la journée était donc d’échanger, d’améliorer, de présenter, d’évoquer, bref, de parler de beaucoup de chose entre divers revendeurs et le fabricant.

Alors?
On savait déjà que les vélos seront fabriqués en France (première sortie usine des vélos courant mars) et que c’était un vrai programme de relocalisation industriel pour eux. Combien d’usines ferment? Saluons donc ce défi d’une petite société française dans un monde dominé par la fabrication asiatique (que vous êtes nombreux à critiquer au magasin, et là dessus, je ne peux qu’être d’accord avec vous).

Quoi de plus?
Et bien tous les modèles 2012 seront plus performants: meilleure batterie, meilleure autonomie, meilleur contrôleur, meilleurs freins, nouvelle potence, nouvelle selle, nouvelle fourche suspendue, tous les câblages électriques revus avec connecteurs rapides pour l’amélioration du sav, nouveau site internet axé sur les revendeurs, service après-vente plus performant.
Également plein de projets pour 2013, 2014 et au delà.

Il y’en a qui parlent mais qui à la première occasion courent dans les salons de l’OMC ou du G20 soutenir la mondialisation, il y en a qui agissent et qui remettent la proximité au cœur du système.

Les nouveaux modèles seront disponibles à partir de début mars, mais si vous voulez en savoir plus, passez à la clinique. Sachez aussi que pour toute commande immédiate, Veloscoot garantit une réduction de 50 euros sur le vélo au client et que nous, au magasin, nous avons décidé en plus d’installer un antivol de cadre.

Stand Veloscoot au salon du cycle à Paris en 2011:

Publié par didi37 dans COUP DE COEUR

Voleurs de vélo: honte à eux

400 000 vélos déclarés volés par an en France. Quand on dit « déclaré », c’est que les personnes ont fait l’effort d’aller faire une déclaration. Donc les chiffres sont bien supérieurs en réalité.

Que dire? Quel troupeau d’emmerdeurs que ces voleurs qui m’ont à moi aussi pourri la vie (3 vélos volés). Mais que dire devant ce fait: une cliente, cette semaine, s’est fait voler ses patins de freins. Faut-il être bête au point de mettre en jeu la sécurité d’autrui pour une paire de patins qui coute 3,90 euros.

Autant vous dire que contre le vol de patins de freins, on ne peut pas faire grand chose. Par contre, n’hésitez surtout pas à investir dans un antivol qui est au minimum un U. Les prix les plus abordables pour une sécurité minimum sont à 20 euros. Ce serait bête de perdre sa monture pour éviter d’investir 20 euros dans sa protection.

Le but de cet article n’est pas de vous faire venir au magasin et de vous vendre des antivols pour gonfler des bénéfices et des chiffres d’affaire. son but est de crier « HALTE! ».

Après 3 vols de vélos, j’aurais pu abandonné, mais j’ai moi-même réagi: J’ai investi 80 euros dans un antivol U, ma femme a investi 50 euros dans le sien. Nous attaquons notre 3ième année sans vol et nous abandonnons toujours nos vélos quelques heures durant à certains points de la ville au gré de notre vie quotidienne. Il apparait donc que le U est une protection efficace, que 80 euros divisé par 3 ans, cela fait 26,60 par an, c’est à dire même pas un plein d’essence de voiture. A réfléchir.

Il serait aussi urgent que la police s’intéresse enfin au sujet.

Publié par didi37 dans INFOS DIVERS

Docteur Vélo sera au salon Fougère

Parlons de fougère dans quelques instants mais revenons d’abord sur l’ambiance à la clinique/atelier:
Certains clients sont peut-être surpris de ce qu’on peut trouver dans notre magasin. Je ne veux pas parler de pièces de vélos ou de devis mais bien d’autres choses:
Passer le seuil de la porte, c’est peut-être trouver en libre dégustation sur le comptoir des tomates cerise, des fraises; C’est peut-être se voir proposer un café (si vous arrivez tôt le matin) ou un jus de pomme ou d’autre chose (si vous arrivez vers les 17h00).
C’est peut-être découvrir dans un coin une cagette de pêches ou de melons. Et oui!!! Nous aussi, on fait nos courses sur le marché Velpeau.

En d’autres termes, vous ne rentrez pas dans un espace commercial où le but est de vendre coûte que coûte, où tout est bien agencé selon les principes du marketing globalisé., vous savez, là où tout est rangé pareil et de la même façon parce qu’un gourou de l’économie a dit que blablabla. Vous rentrez simplement dans un endroit où deux compères ont décidé que « ce n’était pas l’usine », que ça devait ressembler à une vision de la vie qu’on aimerait voir.
Voilà aussi pourquoi nous nous lançons parfois dans des discussions avec des clients qui peuvent durer bien plus que la minute, bien plus que le 1/4h. Est-ce de notre faute? Sommes-nous trop bavards? Ou est-ce que vous sentez quelque chose dans l’air qui va au delà d’une relation basée sur l’argent?

Ce qui est sûr, c’est que cela fait plaisir de réparer les vélos dans le quartier et de voir passer les propriétaires de ces vélos devant la boutique de temps en temps en se disant « bonjour ». Cela fait plaisir de réparer ou de réviser les vélos de la mère, du mari, de la fille, du fils… et de se dire que si vous en avez fait 2, 3 ou 4 dans une même famille, c’est qu’elle vous a fait confiance.

Passons à fougère:
Le salon fougère, c’est le 24 et 25 septembre, au parc des expositions. un salon qui est dédié à l’habitat naturel, les produits et vins bio, l’artisanat et l’environnement.
http://www.salon-fougere.com/

Docteur Vélo et Scoot’Coeur seront présents à ce salon. Nous aurons un stand et vous aurez certainement la possibilité d’essayer au moins des vélos électriques à l’extérieur.
Les clients de Docteur Vélo seront privilégiés car je les invite (c’est en cours de distribution soit par internet, soit par une distribution papier faite en vélo) à venir retirer au magasin une invitation gratuite pour deux personnes.

Publié par didi37 dans ÉVÉNEMENTS